Barbara de Kerchove

Réconcilier éducation et formation

03_logopaeLa qualité de la formation et la prospérité d’un pays, d’un canton ou d’une ville sont étroitement liées. Tous les enfants n’ayant pas les mêmes chances au départ, c’est de la qualité de la réponse donnée à la question de leur formation, au sens large, que dépendront, dans une large mesure, leurs perspectives de vie, ainsi que l’avenir du pays. Or, les changements profonds, tant au niveau de la société que de la famille, ainsi que les défis qui en résultent doivent nous inciter à interroger le paradigme actuel et à soulever la question de lʼadéquation de lʼorganisation actuelle du système éducatif.

Dans le canton de Vaud, l’accueil de jour de l’enfance est l’objet d’une véritable politique publique, ce qui nous vaut d’être souvent cités en exemple. Cette politique, nous la devons à l’engagement de quelques femmes et hommes remarquables, qui sont notamment à l’origine de la Loi sur l’accueil de jour des enfants (LAJE), adoptée par le Grand Conseil en 2006. Mais nous la devons aussi à l’incroyable dynamisme dont ont fait preuve les associations et les collectivités locales, en créant quelques 9’000 places d’accueil depuis lors. Et elles ne s’y sont pas trompées : le canton s’urbanise, les modèles familiaux évoluent, les attentes des parents en la matière restent très importantes.

Si, en confiant l’accueil de jour aux communes, le législateur a fait preuve de pragmatisme et de bon sens, il a aussi, de facto, écarté un autre acteur crucial : l’Etat. Or, deux arguments plaident en faveur d’une plus grande implication du Canton dans ce domaine. Le premier est économique: l’Etat est le premier bénéficiaire des rentrées fiscales supplémentaires générées par l’augmentation des revenus des ménages. Le deuxième est en lien avec le mandat de formation de l’Etat: grâce à la mise en place de structures d’accueil de qualité, les enfants des milieux moins privilégiés, peu instruits, ou ayant des problèmes comportementaux sont particulièrement soutenus, de sorte qu'à l’école, ils sont dans de meilleures conditions pour apprendre, pratiquement à égalité des chances avec les autres, et effectuent un meilleur parcours scolaire[1].

C’est un fait, sur le plan socio-économique, un bon système de formation, d’éducation et d’accueil génère un cercle vertueux.

Si le dispositif actuel a fait ses preuves, il s’agit maintenant de consolider cette évolution et de mieux l’intégrer à l’ensemble de la politique sociale et de formation du canton, pour qu’il déploie tous ses effets. Ce qui revient à aborder, enfin, la question des missions de l’accueil de jour - restée sans réponse jusqu’ici.

Barbara Mali de Kerchove
Présidente APE-Vaud

[1] Lire à ce sujet Petite enfance, grands défis II: Éducation et structures d'accueil, ISBN: 9789264035485, Publication: 31/05/2007

Les commentaires sont fermés.