Projet Kamishibaï

Exposition au CVE de l'Ancien-Stand, à Lausanne

Durant les vacances d’automne 2016, nous avons vécu une expérience que nous souhaitons faire partager.

Monsieur David Telese, conteur et dessinateur, est venu nous présenter son travail autour du « monde du Kamishibaï ». 20 enfants ont pu être initiés à cet exercice et l’équipe éducative va poursuivre cette approche dans le temps.

Le but de cette démarche est que les enfants du groupe, âgés entre 4 et 6 ans, dessinent des histoires, créées par eux-mêmes et qu’ils apprennent ensuite à mettre des mots sur ce qu’ils ont imagé. Dans un premier temps, l’adulte accompagne la créativité de l’enfant en lui mettant le matériel adéquat à disposition et en l’encourageant pour renforcer sa confiance en lui et en son travail. Dans un deuxième temps, l’adulte accompagne également la verbalisation de l’enfant en travaillant avec lui la structure de l’histoire, tout en vérifiant si la reformulation correspond bien à ce que l’enfant veut transmettre.

Ce travail nous motive car il est basé sur trois axes essentiels qui permettent à l’enfant de communiquer : L’ORAL, LE VISUEL et L’ECRIT. De plus, l’enfant peut laisser parler librement sa créativité à travers ses dessins et lorsque l’adulte écoute l’histoire de l’enfant et la structure avec lui (= sujet-verbe-complément / avant-pendant-après / début-déroulement et fin), l’enfant apprend à se positionner (= oui c’est cela que je veux dire ou non je ne veux pas exprimer ce message-là). Pour nous, cet exercice a de multiples apports bénéfiques et nous souhaitons avant tout, qu’il reste ludique pour que les enfants l’expérimentent avec plaisir.

« Nous cultiverons avant tout ce désir inné chez l'enfant de communiquer avec d'autres personnes, d'autres enfants, surtout de faire connaître autour de lui ses pensées, ses sentiments, ses rêves et ses espoirs ».

Célestin Freinet
Pédagogue français 1896-1966
La Pédagogie du Travail


Le kamishibaï c'est quoi ?

Littéralement Kamishibaï veut dire «théâtre de papier ». A la base, il s’agit d’un art très ancien (XVIème siècle) qui vient du Japon. C’est une manière de raconter des histoires grâce à des images défilant dans un petit théâtre en bois ou en carton. Il se rapproche du théâtre de Guignol mais avec des images à la place des marionnettes.
Ayant le format d’une petite valise, il est facile à transporter et peut s’utiliser partout (dedans, dehors, en petits ou en grands groupes).

En mots-clés, qu'est-ce que cet exercice permet et apporte aux enfants de 4 à 6 ans ?

  • Communiquer : Utiliser le langage oral pour se faire entendre et comprendre
  • Ecouter
  • S’exprimer
  • Imaginer et créer : Utiliser le visuel pour mettre en images et faire connaître ses idées
  • Essayer et découvrir
  • Prendre confiance en soi et en son travail
  • Nommer : Utiliser des mots, du vocabulaire pour raconter
  • Construire et structurer ses pensées avec l’aide de l’adulte en vue d’affiner son langage et comme prémices de l’écriture
  • Présenter : Raconter son histoire devant ses camarades, ses éducatrices ou ses parents c’est oser aller au bout de sa démarche
  • Utiliser sa dextérité
  • S’AMUSER : Chaque étape doit se faire sous forme de jeu et non de contrainte, de sorte à ce que l’enfant ait du plaisir à apprendre.

En quoi consiste le projet des écoliers ?

1ère étape :

Nous lisons régulièrement, depuis de nombreuses années, des histoires de kamishibaï aux enfants et nous observons qu’ils sont preneurs de cette offre. Le théâtre en bois éveil leur curiosité, le défilé des images leur apporte de la variété et de la nouveauté par rapport au support du livre. Il est un réel apport complémentaire à la lecture d’histoires dans les livres. Nous avons même aménagé un décor (draps peints par les enfants) pour les moments où nous utilisons le kamishibaï, de façon à créer un univers différent, stimulant et un peu « magique ».

2 ème étape :

Nous avons parlé de nos pratiques avec Monsieur David Telese, conteur, dessinateur et également papa d’un enfant qui fréquente notre groupe. Ce dernier s’est tout de suite montré curieux et intéressé par notre démarche. Il nous a expliqué qu’il faisait lui-même des interventions dans des classes (dès la 3P, 4P et 5P) pour apprendre aux enfants à créer eux-mêmes leurs histoires et ensuite à les présenter à leurs camarades.
Nous avons décidé de collaborer ensemble durant deux demi-journées lors des vacances d’octobre 2016. Monsieur Telese n’avait encore jamais présenté son projet à des enfants si jeunes. Il a donc été convenu que la forme de présentation serait adaptée à l’âge des  enfants.

3 ème étape :

Après discussion sur la forme de l’intervention souhaitée, Il a été convenu que Monsieur Telese viendrait à la garderie avec son matériel de conteur (grand kamishibaï en bois), contenant une histoire créée par lui-même, ainsi qu’avec 20 butaï (mini-kamishibaï en carton, au format A5 facilement utilisable par l’enfant pour conter), contenant des feuilles de papier blanc et du matériel pour créer (feutres-crayons etc).

A chaque « atelier », 10 enfants ont pu participer. Ils ont été initiés à cet art de la manière suivante : Monsieur Telese a installé les enfants et il leur a conté une histoire. A la fin du conte, il s’est montré à l’écoute des questions et des remarques des enfants. Puis, il les a invités à s’installer autour des tables aménagées de façon à pouvoir travailler en petits groupes. Il leur a expliqué que chaque enfant allait recevoir un butaï et que chaque enfant pourrait créer librement sa propre histoire.
L’éducatrice présente a complété en expliquant que les butaï resteraient ensuite à la garderie pour que d’autres enfants, ou eux une prochaine fois puissent profiter à nouveau de cet exercice. Elle a conclu en disant aux enfants qu’ils pourraient, après avoir dessiné, lui raconter leurs histoires afin qu’elle les note par écrit pour pouvoir les présenter à leurs parents dans une prochaine exposition. Tous les enfants concernés se sont ensuite mis au travail de manière fluide et spontanée. A la fin, certains ont déjà osé se mettre en face au reste du groupe pour raconter et nous faire connaître leurs histoires. Les enfants ont été surprenants et très imaginatifs.

4 ème étape :

Cette expérience a conforté notre volonté de développer encore plus le travail autour du visuel et de l’oral avec notre groupe d’écoliers. Elle a confirmé les apports bénéfiques de cette approche pour des enfants de cet âge. Nous présentons aujourd’hui notre première expérience de travail à travers cette exposition. Nous souhaitons désormais poursuivre la création d’histoires en individuel ou en groupes. Nous nous réjouissons d’ores et déjà de découvrir les futures idées des enfants mises en histoires…

5 ème étape :

Si ce projet marche bien et que les enfants se sentent à l’aise avec le dernier aspect qui consiste à « présenter leur travail », nous souhaiterions à moyen terme pouvoir inviter les parents, à une soirée contes qui serait animée par les enfants et basée sur leurs histoires.

6 ème étape :

Enfin, nous souhaiterions, à long terme, pouvoir présenter notre traditionnelle soirée de parents sous forme de kamishibaï imagé par les enfants car cela nous paraitrait plus récréatif pour les parents et pourrait générer une ambiance plus détendue autour de la réception des règles de vie de notre groupe…

Projet rédigé par
Joëlle Da Conceiçào Ferreira,
au nom du groupe des écoliers du
CVE de l'Ancien-Stand, à Lausanne
Octobre, 2016

Les commentaires sont fermés.