Une retraitée parmi les enfants

En 2006, Fabienne Rey et Christian Dubuis, directeurs de la Crèche du Clos-de-Bulle à Lausanne, ont mis sur pied un programme pilote permettant à des retraités de participer à l’éducation des enfants dans la crèche. Ce programme était le résultat d’un long travail de réflexion de la part de toute une équipe de professionnels.

Il a été décidé de nous nommer POPAIES (Projet d’Ouverture à la Participation des Aînés aux Institutions pour l’Enfance) afin d’éviter toute ambigüité quant à notre rôle qui n’est pas celui de grands-parents.

C’est depuis cette époque que j’ai le privilège et le bonheur de participer aux activités mises en place par des éducatrices. Ma participation a consisté en une présence hebdomadaire dans le groupe des écoliers, donc des enfants de 4 à 6 ans.

Petit à petit, j’ai mis en place une activité qui permet aux enfants d’inventer des histoires et de les illustrer pour en faire un « livre » qu’ils pourront ramener chez eux. Grâce à cette activité, j’ai pu me rendre compte de l’imagination et de la créativité des enfants de cet âge. J’ai aussi participé à des jeux avec un petit groupe d’enfants et ai découvert un style de jeux qui m’était totalement inconnu. Cela m’a permis d’observer l’interaction des enfants et de rire avec eux, car le rire est très présent parmi eux.

Ce fut une découverte pour moi qui n’ai pas eu d’enfant que de découvrir la richesse de leur monde, car il s’agit bien d’un monde à part.

Ces années passées aux côtés des enfants m’ont apporté surprises et bonheur et je me sens vraiment privilégiée d’avoir été acceptée dans ce programme. Je ne remercierai jamais assez Fabienne et Christian, car c’est grâce à eux que ma vie s’est trouvée enrichie et embellie.

Je ne peux que souhaiter que d’autres crèches développent un tel programme et puissent ainsi donner la chance à d’autres retraités de connaître ce bonheur – et à d’autres enfants d’avoir la présence d’une personne âgée car tous n’ont pas la chance d’être en contact avec leurs grands-parents.

Gisèle Marguerat

Les commentaires sont fermés.