Viviane Dubath

Maillon du tissu social et partenaire éducatif

Notre premier enfant est né peu après notre arrivée dans le canton de Vaud où ni mon mari ni moi-même n’avions, sur place, de la famille ou un réseau social de proximité pour nous épauler dans notre quotidien parfois chaotique de parents novices et professionnellement actifs.

A force d’insistance et de patience, nos enfants (le deuxième étant né entre temps) ont obtenu une place dans la garderie communale. Quel soulagement pour nous et quel bonheur… pour notre fille aînée qui du haut de ses 30 mois demandait avec un sourire guilleret « crèche ? », lorsque nous la réveillions pour l’y emmener. Notre cadette alors âgée de 8 mois, semblait tout aussi confiante lorsque nous la surprenions, le soir, souvent très affairée avant de nous apercevoir et de nous gratifier d’un sourire joyeux.

Au cours de ces « excursions extrafamiliales » bihebdomadaires, encadrées par des adultes formés et qualifiés, respectueux des besoins et de la personnalité de chaque enfant, nos filles découvraient en toute sécurité de leur côté, la vie communautaire tout en s’appropriant un univers taillé sur mesure.

Grâce à la qualité de l’encadrement, aux compétences professionnelles et humaines des équipes éducatives, un partenariat fondé sur la complémentarité et une confiance mutuelle s’est rapidement instauré. Au fil des échanges avec les éducatrices, nous avons appris à connaître nos enfants sous un autre jour et à « grandir » avec eux.

L’expérience de la crèche a donc été pour notre famille un enrichissement dont nous gardons tous un excellent souvenir. Nous y avons trouvé un point d’ancrage dans notre commune d’adoption, une passerelle bienvenue vers d’autres familles et un partenaire fiable dans l’accomplissement de nos responsabilités éducatives et parentales.

Les commentaires sont fermés.